Performance Nicolas Fenouillat

Jeudi 5 septembre 20h – MO.CO. Panacée

Et si on laissait libre le son ? Comment peut-on le fixer dans l’espace ? Peut-on le rendre présent ? Comment se reproduit-il ? Qu’est-ce exactement que le volume de la musique ? Comment appréhender un son dans tous ses détails acoustiques ?
Comment le donner à la contemplation ?
D’abord produire un son. En l’occurrence un solo de percussion. Puis laisser la musique exister dans un environnement sonore en mouvement. Des terres exotiques et des pigments sur chaque fût de batterie se dispersent dans l’air et à terre à mesure que les peaux sont battues afin de créer un lien direct avec l’histoire et l’origine de la peinture.
Chaque note jouée laissera une marque de couleur sur le sol, alors que les sons se dispersent dans l’air, matérialisant ainsi les notes.
La bande sonore est un mix de joie (feu d’artifice) et de réalité sociale qui nous entoure (manifestation).
Activés par la performance la toile au sol et les fûts de batterie deviennent œuvre.
Cette performance agit comme autant de liaisons entre des territoires supposés disjoints, pour mieux les réunir au sein d’une expérience multi-sensorielle, multi-spatiale, multi-temporelle, qui rend davantage compte de l’intensité de notre rapport au monde.
Le son et le mouvement se trouvent matérialisés d’une façon ou d’une autre. La performance a bien eu lieu, l’énergie fut dépensée et le bruit, certain. 

– Nicolas Fenouillat

On efface tout on recommence
7 toms basses et 5 caisses claires, 12 pigments, 1 bande-son
Galerie municipale Jean-Collet, Vitry-sur-Seine
En collaboration avec le MACVAL à la Galerie municipale Jean-Collet
© Thibault Capéran