Guilhem Causse

Né en 1993, vit et travaille à Montpellier

2017 : DNSEP de l’École Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier

Expositions récentes :
2019 : Performance sonore en lien avec la collapsologie, pour l’exposition Présages, le lieu multiple, Montpellier, commissariat de Laureen Picaut 2018 : Prix Emergences, SCAM pour Marlow Drive, réalisé avec Ekiem Barbier, Quentin L’Helgouach
2018 : Chopped’n’Screwed, avec le Collectif In Extremis, FRAC Occitanie, Montpellier

Guilhem Causse exploite essentiellement la relation entre l’image et le son. Au travers de ses influences, qui proviennent essentiellement de la science-fiction, de la photographie plasticienne et de la musique concrète, il définit un univers où se mêlent des espaces vides, résonnants, peuplés de formes étranges. Les outils d’enregistrement, comme la photographie et le microphone, sont utilisés pour révéler des lieux et des sons que l’homme ne pourrait saisir, du fait de sa perception du temps, limitée. Dans ses pièces, on peut donc retrouver un rapport à la répétition et au temps arrêté, ce qui vient questionner la perception de la temporalité. Ainsi, il s’intéresse également à la question de l’immuabilité des phénomènes naturels, ou plutôt de leur constance relative. L’idéalisation d’une force, d’un mouvement virulent, fluide et sans accroc, lui permet d’amener le spectateur dans des espaces où l’empreinte humaine semble se dissiper, et où l’horizontalité du temps est remise en question. 

L’œuvre présentée dans le cadre de BOOM est une nouvelle production titrée Solaris (seed). 
Comment décrire un souvenir qui se passe à la fois dans le virtuel et le réel ? Lors de mes errances dans ces deux mondes, j’ai développé d’étranges nostalgies. Le bleu du ciel et la lumière jaune sur les arbres étaient les mêmes. Cette sensation est intemporelle : il n’y a pas de temps passé sur le virtuel ; dans le réel non plus. Le souvenir n’est pas juge du virtuel et du rêve, le souvenir invite l’irréel à s’immiscer dans nos expériences, à les distordre, à les fusionner. Ce n’est pas une fiction ou une histoire racontée : ce sont des expériences vécues, à agir dans l’image, à fabriquer de nouveaux souvenirs qui troublent encore la séparation de ces deux espaces.
– G. Causse

Reflections, 2017
Vidéo en boucle et son